LE MOT DU PRESIDENT

MOT DU PRESIDENT

S’intéresser à la mer revient forcément à porter attention aux bateaux qui l’habitent. D’ailleurs, cette année encore nos yeux seront rivés sur les canots du TGVT 2017, qui fête ses seize ans. Ce seizième anniversaire est un tournant dans le monde de la voile traditionnelle puisqu’il est porteur des fruits du travail que nous avons su mener ces 9 dernières années. En effet nous avons maintenu le cap vers un objectif capital, celui d’emmener des jeunes équipages à la mer et surtout leur permettre d’atteindre le niveau de patrons. Il a aussi été question pour nous de favoriser la progression des équipes féminines. Ces réussites témoignent de la présence de la relève. Je remercie ainsi toute la flotte pour le spectacle qu’elle nous offre et continuera à nous offrir dans bien des années. Si nos hommes en mer sont le vivier de cette manifestation, celle-ci est également rendue possible grâce à nos partenaires. En effet cette année a été particulièrement difficile financièrement pour le CGVT. Je voudrais ainsi dire un grand merci à la Région Guadeloupe, aux maires des différentes communes pour leur présence dans ce TGVT. Merci également à Pierre Ste Luce du Manioukani, mais aussi aux Communautés d’agglomération et aux collectivités pour leur accompagnement.
Au moment où l’on parle de la croissance bleue nous devons procéder au déconditionnement de l’Homme Guadeloupéen. Quelle belle interface ce canot à voile traditionnelle, outil collectif de découverte de la mer, à chaque étape nous faisons la promotion du patrimoine culturel maritime, c’est aussi un vecteur de la cohésion sociale à travers le sport. Au moment où la limite qui sépare le virtuel du réel s’amincit considérablement, où nos jeunes n’ont plus de contact avec le réel et où la magie de la technologie balaie l’autorité parentale, il est important de les mettre face aux réalités de la nature. Le vent, la mer, les vagues, la pluie, les éclairs, l’orage : il faut garder ensemble le cap vaille que vaille, il faut conserver la synchronisation des gestes pour maintenir sa place dans la course. La mer c’est l’une des meilleures écoles, voguer sur les vagues, quel bonheur ! Ce rappel à l’ordre de nos jeunes est nécessaire afin de leur dire que la nature nous impose des limites. La prévention de la délinquance doit obligatoirement passer par cette conscientisation.
Durant ces années nous avons su mener cette voile traditionnelle sur toutes les côtes de l’archipel guadeloupéen, ce qui a notamment permis de valoriser notre littoral. J’aimerais cette année remercier la présence de nos amis de St Barthe-élémy. La mer c’est 71 % de notre planète. Les outre-mer représentent près de 97% des onze millions de km2 du domaine maritime français. La zone économique exclusive (ZEE) de la Guadeloupe représente 95 978 km2, ainsi grâce aux outre-mer la France dispose du second espace maritime mondial. Doit-on rester les témoins passifs, aigris et résignés d’un développement économique majeur ? Quand on voit ce produit 100 % guadeloupéen qu’est la voile traditionnelle, et sa portée sociologique, économique et la thérapie de groupe que nous apportons aux Guadeloupéens face à leur histoire, on ne peut rester indifférent. Je remercie nos équipes de bénévoles et tous ceux qui gravitent autour de ce seizième anniversaire dans un esprit de construction. Comment puis-je terminer ces quelques mots sans ne pas citer Tabarly à ses débuts « La mer, c’est ce que les Français ont derrière eux quand ils regardent la ville depuis la plage » fustigeant régulièrement cette indifférence nationale de l’époque à la mer. Je tiens également à remercier tous ceux qui viennent de l’Hexagone et qui ont choisi leurs dates de vacances en fonction des dates du TGVT. Bonnes vacances !!! Bonne navigation à nos équipages !!! Bon seizième anniversaire du TGVT !!! Vive la voile traditionnelle Guadeloupéenne !!!
Le président du Comité Guadeloupéen de voile Traditionnelle

Georges SANTTALIKAN